La version imprimable n'est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d'impression par défaut de celui-ci.
Tifariti
Noms officiels
(ar)   تيفاريتي
Tifariti Voir et modifier les données sur Wikidata
Noms locaux
(ar)   تيفاريتي , (tzm)   ⵜⵉⴼⴰⵔⵉⵜⵉ Voir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Préfecture ou province
Partie de
Capitale de
Revendiqué par
Altitude
490 m Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
55 hab. ( ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Nombre de ménages
15 ( ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Commune rurale du Maroc ( d ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Mohammed Salem Dayah ( d ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages

Tifariti (en arabe  :  تيفاريتي ) est un village du Sahara occidental [ 1 ] . Pour le Maroc , c'est une commune rurale relevant administrativement de la province de Smara . Elle est située entre cette ancienne capitale spirituelle du Sahara et fief du Cheikh Ma El Aïnin (50 km) et la ville algérienne de Tindouf (90 km).

Tifariti était une ville de 7 000 habitants en 1975 ; ceux-ci l'ont abandonnée en 1976 à cause de la guerre [ 2 ] .

La ville a ensuite servi de place-forte et de base militaire pour les deux adversaires à différents stades de la guerre de 1976-1991 . Elle est aujourd'hui largement en ruines. Le front Polisario a fait part, à l'occasion des festivités marquant le trente-deuxième anniversaire de sa création, de son intention de construire à Tifariti le siège qui abritera le futur Parlement de la RASD.

Histoire

Tifariti fût initialement un campement situé près d'un oasis, il s'agissait d'une sorte de ville saisonnière pour les sahraouis , peuple bédouin arabophone contrôlant la région depuis l' époque médiévale .

Par la suite, il fut colonisé et utilisé par les autorités espagnoles en tant que base militaire du désert. Tifariti n'a jamais eu beaucoup de structures fixes, en raison du mode de vie nomade des sahraouis. Il est situé dans une zone désertique accidentée, avec peu de végétation.

Pendant la guerre du Sahara occidental

Avion marocain Mirage F-1 abattu par le Polisario à Tifariti
Un avion de guerre marocain Mirage F-1 abattu par le Polisario à Tifariti pendant la guerre du Sahara occidental

Tifariti a été le lieu de plusieurs batailles pendant la guerre du Sahara occidental (1975-1991) et a servi de base militaire et de forteresse pour les deux parties à différents moments de la guerre.

Elle a également servi de lieu d'arrêt pour les réfugiés sahraouis en route vers Tindouf en Algérie durant la phase d'invasion (1975-76). Certaines sources affirment qu'en janvier 1976, il y avait 15 000 réfugiés sahraouis autour de la ville [ 3 ] .

Le village a été brièvement occupé par l' armée marocaine en février 1976 [ 4 ] , [ 5 ] , mais deux mois plus tard, elle se retire et la ville est capturée par le Front Polisario en mars 1977 [ 6 ] .

Dans les années 1980, le mur des sables marocain a été construit au nord de Tifariti, et le terrain autour de la ville a été fortement miné. La zone la plus dangereuse se trouve à l'est du mur, en particulier dans les régions de Mehaires , Tifariti et Bir Lahlou où l'armée marocaine a mené des opérations offensives d'août jusqu'à septembre 1991. Encore aujourd'hui, des bombes à sous-munitions sont actives dans ces villes.

En août 1991, quelques semaines avant la proclamation du cessez-le-feu, les forces aériennes marocaines ont bombardé à plusieurs reprises Tifariti, détruisant des bâtiments, des puits, et tuant des dizaines de civils [ 7 ] , [ 8 ] , [ 9 ] , [ 10 ] .

Notes et références

  1. (en) Michael Bhatia, Western Sahara under Polisario Control: Summary Report of Field Mission to the Sahrawi Refugee Camps (near Tindouf, Algeria) in Review of African political economy , numéro 88, juin 2001, version en ligne
  2. (en) Marvin Howe, Saharan Guerrillas Roam Freely In Territory Ceded to Moroccans , New York Times , 15 mars 1977 lire en ligne
  3. Surendra Bhutani , «  Conflict in Western Sahara  », Strategic Analysis , vol.  2, n o  7,‎ , p.  251–256 ( ISSN   0970-0161 , DOI   10.1080/09700167809421474 , lire en ligne , consulté le 26 juillet 2020 )
  4. «  L'armée marocaine aurait occupé un poste du Polisario près de la frontière mauritanienne  », Le Monde.fr ,‎ ( lire en ligne , consulté le 26 juillet 2020 )
  5. «  ABC MADRID 07-02-1976 página 30 - Archivo ABC  » , sur abc , (consulté le 26 juillet 2020 )
  6. (en-US) Marveve Howe Special to The New York Times , «  Saharan Guerrillas Roam Freely In Territory Ceded to Moroccans  » , The New York Times ,‎ ( ISSN   0362-4331 , lire en ligne , consulté le 26 juillet 2020 )
  7. «  MAROC L'armée mène des opérations de " ratissage " au Sahara occidental  », Le Monde.fr ,‎ ( lire en ligne , consulté le 26 juillet 2020 )
  8. «  MAROC:au Sahara occidental, la localité de Tifariti aurait été détruite  », Le Monde.fr ,‎ ( lire en ligne , consulté le 26 juillet 2020 )
  9. (es) Ana Camacho , «  Marruecos bombardea 'zonas liberadas' del Polisario  » , El País ,‎ ( ISSN   1134-6582 , lire en ligne , consulté le 26 juillet 2020 )
  10. «  ABC MADRID 28-08-1991 página 30 - Archivo ABC  » , sur abc , (consulté le 26 juillet 2020 )

Liens externes

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tifariti de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Citation du jour

C'est beau d'aimer et d'être aimé. Ce sont les émotions qui font une vie. Tout est à prendre: peurs, joies, tristesses, malheurs, car tout est significatif..

Abdoulaye BA (DAKAR)

Votre citation

Un portail par pays