La version imprimable n'est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d'impression par défaut de celui-ci.

Thomas Browne ( à Londres en Angleterre - à Norwich en Angleterre) était un écrivain anglican anglais dont les œuvres couvrent une large palette de domaines incluant la médecine , la religion , la science , la sociologie et l' ésotérisme .

Biographie

Thomas Browne est né le [ 1 ] à Cheapside , Londres. Son père meurt en 1613.

Il fait ses études à l' université d'Oxford . Il obtient son Bachelor of Arts en 1626 à Pembroke College , et son Master of Arts en 1629. Il étudie ensuite la médecine à Montpellier , Padoue et Leyde où il est diplômé en .

Il s'installe comme médecin près de Halifax , puis Norwich à partir de 1637, année où son diplôme de médecin est reconnu par l'université d'Oxford. Il se marie en 1641 [ 2 ] avec Dorothy Mileham (1621–1685) [ 3 ] , [ 4 ] . Ils auront onze enfants dont l'ainé est Edward Browne ( 1644 1708 ), médecin et voyageur [ 4 ] .

Son époque

Il vécut lors de la Première Révolution anglaise .

Il est un contemporain de l' éditeur et journaliste Théophraste Renaudot qui a créé le premier périodique français.

C'est aussi l'époque de la contre-réforme catholique et ses écrits ont un retentissement jusque dans les empires portugais et espagnols.

Son œuvre

Il s'est fait connaître par un ouvrage intitulé la Religio Medici ( 1643 ) qui fut traduit en français par Nicolas Lefèvre en 1668 [ 5 ] .

Il a aussi écrit un essai sur les erreurs vulgaires : Enquiries into vulgar and common errors ( 1646 ) traduit en français par Souchay en 1733 . Dans cet essai, il s'est attaqué aux idées reçues et aux croyances populaires, selon lui erronées, en tentant de comprendre le processus qui leur a donné naissance. Il s'en est pris, en particulier, aux arguments de l'époque voulant que les Noirs soient faits pour le travail manuel dans le cadre de l' esclavage en raison de la couleur de leur peau.

L'essai, publié en 1646, a fait parler de lui, car la population d'esclaves noirs à la Barbade était passée de 500 à 4 000 personnes entre 1640 et 1645 , avec l'installation des premières grandes plantations de canne à sucre .

Passionné de botanique , il fut par ailleurs le premier à faire ressortir la fréquence du nombre cinq dans les graines et les divisions des enveloppes florales. Les sociologues font remonter la constitution systématique de leur science, en Angleterre, à Thomas Browne.

Il a aussi écrit Lettre à un ami , 1 re  publication en 1690 (traduit par Marc Kuszel, édition Allia, 2007, ( ISBN   2844852343 ) ).

Hommage

  • La nouvelle d' Edgar Poe intitulée Double Assassinat dans la rue Morgue ( 1841 ) s'ouvre par un extrait du texte Hydriotaphia, Urn Burial, or a Discourse of the Sepulchral Urns lately found in Norfolk de Thomas Browne (chapitre V) :
Quelle chanson chantaient les sirènes  ? Quel nom Achille avait-il pris quand il se cachait parmi les femmes ?
  • Virginia Woolf fait référence à plusieurs reprises à Thomas Brown dans "Orlando" (1928)
  • W.G. Sebald cite et analyse l'œuvre de Thomas Browne dans son livre "Les Anneaux de Saturne" (1995)
  • Jorge Luis Borges cite le Urn Burial de Browne (sans spécifier le prénom de Thomas) dans le dernier paragraphe de sa nouvelle "Uqbar, Tlön, Orbis Tertius", du livre Ficciones (1944).
  • Le titre du roman de William Styron, Lie Down in Darkness , 1951 [ Un lit de ténèbres , 1953], est emprunté à Urn Burial de Thomas Browne ; le passage est cité en épigraphe.

Notes et références

  1. Ou plutot le 19 novembre?
  2. (en) Caoimhghín S Breathnach , «  Sir Thomas Browne (1605-1682)  » , Journal of the Royal Society of Medicine , vol.  98, n o  1,‎ , p.  33–36 ( PMID   15632239 , DOI   10.1258/jrsm.98.1.33 )
  3. «  Dorothy Browne  » , sur https://www.geni.com , Geni, (consulté le 9 septembre 2018 )
  4. a et b (en) «  Browne, Edward  » , sur http://www.oxforddnb.com , Oxford University Press (consulté le 9 septembre 2018 ) .
  5. R. Touaoula, «  « La face cachée du Religio Medici (1643) de Sir Thomas Browne : le discours médical au service de l'équilibre politique et de la tolérance religieuse »  », in J. Broch (dir.), Médecins et politique (XVIe – XXe siècles). Études d'histoire des idées politiques et sociales, Bordeaux, LEH Édition, coll. « Les Cahiers du droit de la santé » ,‎ , p.  225-238
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet . Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Référence dans Moby-Dick.

Voir aussi

Article connexe

Le Jardin de Cyrus   (en)

Liens externes


Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Thomas Browne de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Un portail par pays