La version imprimable n'est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d'impression par défaut de celui-ci.

Mouvement populaire de libération de l'Angola
Movimento Popular de Libertação de Angola (pt)
Image illustrative de l'article Mouvement populaire de libération de l'Angola
Logotype officiel.
Présentation
Président João Lourenco
Fondation
Fusion de PLUA   (en) , MINE   (en) et PCA   (en)
Siège Luanda , Angola
Secrétaire général Paulo Kassoma [ 1 ]
Fondateurs Agostinho Neto , Viriato da Cruz   (en)
Journal Jornal de Angola
Organisation de jeunesse Jeunes du MPLA   (en)
Organisation féminine Organisation des femmes angolaises
Organisation paramilitaire Forces armées populaires de libération de l'Angola   (en) (intégrées au sein des forces armées angolaises )
Slogan « Paix, travail et liberté »
Positionnement Centre gauche à gauche
1977 à 1991  :
Extrême gauche
Idéologie Socialisme démocratique
Social-démocratie [ 2 ]
1977 à 1991  :
Communisme
Marxisme-léninisme
Nationalisme de gauche
Affiliation régionale Anciens mouvements de libération d'Afrique australe   (en)
Affiliation internationale Internationale socialiste
Site web mpla-angola.org
Assemblée nationale Assemblée nationale
Représentation
Députés
150 / 220

Le Mouvement populaire de libération de l'Angola , en portugais  : Movimento Popular de Libertação de Angola , est un parti politique angolais . Il participe à la guerre d'indépendance qui s'achève en 1975 et dirige ensuite la République populaire d'Angola . Il est notamment en conflit avec l' Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) et le Front national de libération de l'Angola (FNLA).

Histoire

Selon l'historiographie officielle, le MPLA est fondé à Luanda en 1956 pour lutter en faveur de la libération nationale de l'Angola par des jeunes intellectuels formés à Lisbonne  : Agostinho Neto , Lúcio Lara , Mário Pinto de Andrade (angolais), Marcelino dos Santos ( mozambicain ) et Amílcar Cabral ( capverdien ) [ 3 ] . La guerre d'indépendance , où la métropole portugaise doit aussi combattre l' UNITA et le FNLA , aboutit à la proclamation de l'indépendance du pays le [ 4 ] .

De 1975 à 1992 , le MPLA gouverne en tant que parti unique de la République populaire d'Angola , sous la présidence d' Agostinho Neto auquel succède en 1979 José Eduardo dos Santos . Dès l'indépendance, tandis que le MPLA soutenu par le bloc de l'Est et Cuba accède au pouvoir, une guerre civile l'oppose à l' UNITA soutenue par les États-Unis , l' Afrique du Sud et le Zaïre . Elle s'achève en 2002 avec la disparition au combat de Jonas Savimbi , le dirigeant historique de l'UNITA [ 4 ] .

Il est membre de l' Internationale socialiste .

En septembre 2018 , le président de la république João Lourenco est élu chef du parti à la suite de la décision de José Eduardo dos Santos de prendre sa retraite [ 5 ] .

Résultats électoraux

Élection Votes % Sièges +/– Position Gouvernement
1992 2 124 126 53,7
129 / 220
1 er Majorité
2008 5 266 216 81,6
191 / 220
en augmentation 62 1 er Majorité
2012 4 135 503 71,8
175 / 220
en diminution 16 1 er Majorité
2017 4 164 157 61,1
150 / 220
en diminution 25 1 er Majorité

Références

  1. «  Experienced Hands Emerge to Steady Angola  » , sur Stratfor
  2. (en) Hélia Santos , A Historical Companion to Postcolonial Literatures – Continental Europe and its Empires , Edinburgh University Press, ( lire en ligne ) , p.  480
  3. Robert Davezies, «  Les mouvements de libération angolais sont affaiblis par leurs propres divisions  », Le Monde diplomatique ,‎ , p.  5 ( lire en ligne ) .
  4. a et b «  MPLA  » , sur larousse.fr (consulté le 27 février 2017 ) .
  5. (en) Stephen Eisenhammer, «  Angola's Lourenço appointed leader of ruling MPLA party  » , Reuters,

Lien externe

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article MPLA de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Citation du jour

La reconnaissance est un baobab que la main de l'Homme ne peut jamais entourer..

Gilbert (Dakar)

Votre citation

Un portail par pays