La version imprimable n'est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d'impression par défaut de celui-ci.
Carte indiquant l' espérance de vie à la naissance dans les États membres de l'ONU en 2007.
70 ans et plus
  • 82 ans et plus
  • 80-81 ans
  • 78-79 ans
  • 76-77 ans
  • 74-75 ans
  • 72-73 ans
  • 70-71 ans
  • indisponible
moins de 70 ans
  • 65-69 ans
  • 60-64 ans
  • 55-59 ans
  • 50-54 ans
  • 45-49 ans
  • 40-44 ans
  • 35-39 ans
  • moins de 35 ans

L' espérance de vie humaine est un des indicateurs statistiques les plus utilisés dans le domaine de la prospective et des projections démographiques [ 1 ] , [ 2 ] , [ 3 ] , et pour évaluer le niveau de développement et l' indice de développement humain d'un État ou d'une région du monde.

Elle permet de quantifier les conditions de mortalité une année donnée : l'espérance de vie à la naissance est égale à la durée de vie moyenne d'une population fictive qui vivrait toute son existence dans les conditions de mortalité de l'année considérée.

Contrairement à ce que le terme « espérance de vie » peut laisser penser, cette statistique n'est pas une prévision des probabilités de décès pour les années ultérieures. Dire par exemple que l'espérance de vie des hommes en 2000 est de soixante-quinze ans signifie que les hommes nés en 2000 vivront en moyenne soixante-quinze ans, mais seulement si les conditions de mortalité qu'ils rencontreront au long de leur vie correspondent à celles de l'année 2000. Si les progrès continuent, les hommes nés en 2000 pourront vivre en moyenne plus de 75 ans. Inversement, il se peut que les conditions se dégradent, et que la durée de la vie diminue.

Cette statistique est calculée sous l'égide de l' ONU , et publiée par de nombreux organismes, incluant l' OMS .

L'espérance de vie à la naissance se calcule à partir des quotients de mortalité par âge , c'est-à-dire des probabilités de décéder dans l'année pour des personnes qui atteignent un âge donné. À chaque âge le risque de décès est donc mesuré par le quotient par âge observé cette année-là. Elle synthétise donc les conditions de mortalité de l'année, sous forme d'une génération fictive. Elle diffère de la moyenne des âges au moment du décès de toutes les personnes mortes au cours d'une année qui, elle, est sensible à la structure par âge de la population .

Dans la quasi-totalité des pays, l'espérance de vie des femmes est plus importante que celle des hommes .

Les guerres , les catastrophes naturelles et les épidémies la font diminuer, alors que les progrès de la médecine et du niveau de vie ( hygiène , vaccins , alimentation ...) tendent à l'allonger.

Calcul

Le calcul de l'espérance de vie à un âge donné, pour une année donnée, d'une population s'opère en deux phases [ 4 ] . Le calcul de l' espérance de vie à la naissance est un cas comme un autre de calcul de l'espérance de vie à un âge donné, en partant de l'âge 0 :

  • Dans un premier temps, les démographes constatent la probabilité de décéder à chaque âge (la probabilité de mourir à 1 an, à 2 ans, etc) pour une année donnée. Pour cela, ils rapportent le nombre de personnes décédées à un âge donné au nombre de personnes ayant cet âge dans la population l'année considérée. Par exemple, pour le calcul de l'espérance de vie en 2000 , les démographes ont calculé que cette année là, 0,4 % des Français sont décédés dans leur première année et que 0,08 % des Français âgés de 30 ans sont décédés en cours d'année. Ce même calcul est étendu à tous les âges possibles (de 0 à l'âge le plus élevé de la population analysée). Les démographes obtiennent ainsi des quotients de mortalité par âge pour l'année 2000, qui sont des probabilités de décéder entre deux âges.
  • Dans un second temps, les démographes se fondent sur une population fictive de 1 000 personnes et supposent que les quotients de mortalité par âge observés en 2000 demeurent constants dans le futur. Pour le calcul de l'espérance de vie à la naissance, sachant que la mortalité des individus qui ont moins d'un an en 2000 est de 4  , ils retirent 4 individus de cette génération fictive. Il y a donc eu 4 décès entre 0 et 1 an dans cette génération fictive, et il reste donc 996 personnes dans cette génération fictive à l'âge d'un an. Les décès dans la génération fictive entre 1 et 2 ans sont obtenus en appliquant le quotient de mortalité entre 1 et 2 ans au nombre de survivants à 1 an (996 personnes dans la génération fictive), et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ne reste plus aucun individu. À la fin de l'opération, tous les membres de cette génération fictive sont décédés. Il ne reste alors plus qu'à faire la moyenne des âges de décès dans cette génération fictive.

L'espérance de vie étant un calcul statistique pris à la naissance, la chute de la mortalité infantile au XIX e et au début du XX e  siècle explique en grande partie l'augmentation rapide de l'espérance de vie durant cette même période [ 5 ] .

Mathématiquement

L'espérance de vie à la naissance d'une population, selon les statistiques d'une année , est égale à [ 6 ]  :

avec la probabilité de survivre à l'âge , c'est-à-dire proportion des personnes ayant l'âge au premier janvier qui sont encore vivant le 31 décembre. Ces proportions sont calculées à partir des taux de mortalité de l'année pour les différents âges.

Plus généralement, l'espérance de vie à l'âge pour l'année est donné par :

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Espérance de vie humaine de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Citation du jour

Tout ce qui se fait pour moi, sans moi, se fait contre moi..

Marcelle (Saint-malo(35))

Votre citation

Un portail par pays

Contact

Africaciel.com
web: www.africaciel.com
email: contact@africaciel.com

Nous suivre

Vous appreciez ce site ?

Recommandez-le !

Newsletter

S'inscrire à la newsletter Africaciel.com

A propos

Africaciel.com est un site d'information culturel dédié à l'afrique. Il a pour ambition de :

  • promouvoir la culture africaine
  • encourager toutes les iniatives positives en faveur du continent
  • valoriser les compétences africaines