Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les castes au Mali , comme dans beaucoup de sociétés d'Afrique de l'ouest ( Guinée , Sénégal , Burkina ...), correspondent à une stratification sociale encore actuelle dont l'origine remonte à l' Empire du Mali .

Origine

Pour certains historiens, la création des castes au Mali a lieu sous le règne de Soundiata Keita , au XIII e  siècle, afin de structurer la société de l'empire, et de définir les rôles joués par les uns et les autres pour la bonne marche des affaires de l'empire [ 1 ] . En fait, avant même la création des castes, il existait déjà une structuration de fait de la société et un certain niveau de partage des responsabilités.

Les différentes castes

Selon la tradition, la société, sous l'empire, est divisée en 30 clans ou familles. Ces derniers sont, à leur tour, subdivisés en 2 groupes eux-mêmes subdivisés :

Les Horon

Ces trois castes sont appelées Horon par opposition aux castes des Nyamakalan .

  • Les Massalen (les nobles).
  • Les Tondjon (les chasseurs).
  • Les Mori (les Marabouts).

Les patronymes les plus fréquents chez les Horon sont :Keita, Sissoko, Ba, Sy, Diallo, Sidibé, Sangaré, Koné, Berthé, Cissé, Bathily

Les Nyamakalan

Les Nyamakalan (les griots, forgerons, cordonniers, bûcherons, etc.) sont aussi appelés gens de caste ou castés [ 2 ] ,

  • Les griots (ou djeli ) jouent un rôle important dans la société malienne. Lors des baptêmes, mariages, et autres événements festifs, ils sont toujours les premiers invités notamment pour chanter ou dire les louanges de telles ou telles familles. Les djeli sont aussi considérés comme les gardiens de la mémoire collective depuis des siècles.

Les patronymes les plus fréquents chez les djeli sont : Sissoko (ou Cissoko, que l'on peut trouver chez les nobles aussi), Kouyaté, Tounkara, etc.

  • Les forgerons (ou noumou en Bambara), d'après certaines légendes, descendraient Noum Fayiri , qui a percé les secrets des forges et les a transmis à ses descendants. Certains les relient au Roi-Forgeron Soumaoro Kanté et à son royaume de Sosso . Les patronymes les plus fréquents chez les forgerons sont : Ballo, Kanté , Fané, Sinayoko, Bagayoko, etc.
  • Les Garankés sont, à l'origine, des maroquiniers, bottiers, cordonniers.

Les patronymes les plus fréquents chez les Garankés sont Simaga, Saké.

  • les djons (les serviteurs).

Relations entre les castes

Chaque caste a ses propres fonctions. Les différences entre castes tendent à s'estomper, tout particulièrement au niveau des métiers exercés. Toutefois, il est très mal vu pour un «  horon  » (noble) de devenir chanteur, métier réservé aux djeli . Par ailleurs les mariages entre horon et nyamakalan sont très rares et peu acceptés.

Références

  1. Gilles Holder , «  Tal Tamari, Les castes de l'Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames  », Homme , vol.  39, n o  152,‎ , p.  234–237 ( lire en ligne , consulté le 30 décembre 2018 )
  2. La caste des forgerons.

Voir aussi

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Castes au Mali de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Citation du jour

Le rêve est tellement grand que notre monde ne peut le contenir . ...

Oba Joe Christian (Abidjan)

Votre citation

Un portail par pays