Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wole Soyinka
Wole Soyinka en 2018.
Naissance
Abeokuta , Drapeau du Nigeria   Nigeria
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d'écriture Anglais
Genres

Wole Soyinka , né à Abeokuta le , est un écrivain nigérian . Il est le premier auteur noir lauréat du prix Nobel de littérature , qu'il reçoit en 1986.

Biographie

Après des études aux universités d' Ibadan et de Leeds , Soyinka travaille au Royal Court Theatre de Londres . Par la suite, il fonde plusieurs troupes théâtrales au Nigéria dont « 1960, Masks drama troupe » et occupe de nombreux postes universitaires à Ibadan , Ife et Lagos . En 1952 , Soyinka crée l'association « The Pyrate » à l'université d' Ibadan afin de combattre la mentalité coloniale. En 1962 , il oppose au célèbre concept de négritude , fondé par Aimé Césaire et repris par Léopold Sédar Senghor , le concept de « tigritude » à propos duquel il dira « qu'un tigre ne proclame pas sa tigritude. Il bondit sur sa proie et la dévore [ 1 ] . » Il participe à une conférence controversée sur le sujet au sein de l' université Makerere ( Ouganda ), en 1962 . L'auteur est emprisonné au Nigéria entre 1967 et 1969 pour avoir soutenu le mouvement d'indépendance du Biafra [ 2 ] . Après sa libération, il reste au Nigéria et enseigne aux départements d'art dramatique d'Ife et Ibadan. Il voyage aussi à travers le monde pour mettre en scène ses pièces, donner des conférences et éditer des magazines littéraires comme Transition .

Au milieu des années 1970 , alors qu'il est fellow au Churchill College , de l' université de Cambridge , il écrit sa première tragédie sacrificielle, La Mort et l'écuyer du roi , qui traite des questions du colonialisme , de l' interventionnisme et explore les limites du relativisme culturel , à travers un événement historique de l'histoire coloniale nigériane [ 3 ] . L'auteur la met lui-même en scène en 1976 à Chicago et au Lincoln Center de New York en 1987.

En 1994 , il est contraint à l'exil après avoir été condamné à mort par le gouvernement de Sani Abacha . Il ne peut rentrer au pays qu'après la mort du dictateur, en 1998 [ 1 ] . Il s'implique également au Parlement international des écrivains [ 4 ] et a présidé la Communauté africaine de culture (CAC) à partir de 2006 [ 5 ] .

Le , il annonce la création de son parti, le Democratic Front for a People's Federation (DFPF, Front démocratique pour une fédération des peuples) [ 6 ] , en vue des élections générales, prévues soit en , soit en [ 7 ] .

En 2014, il signe la préface d'une anthologie intitulée Africa39: New Writing d'Afrique du Sud du Sahara , mettant en avant 39 jeunes écrivains africains, dans le cadre du projet Africa39 [ 8 ] . L' Union internationale humaniste et éthique l'honore du prix de l'Humaniste international de l'année [ 9 ] , mais, malade, il ne peut se rendre à la remise du prix au Congrès du monde humaniste à Oxford et se voit contraint d'envoyer une version enregistrée de son discours [ 10 ] . Le 12 juin, il révèle dans une conférence de presse au Centre culturel d' Abeokuta , dans l' État d'Ogun , qu'il vient de sortir victorieux de sa lutte contre le cancer du côlon et qu'il souhaite mettre sa notoriété à profit pour encourager la prévention contre tout type de cancer [ 11 ] .

Suite à l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis d'Amérique en 2017, Soyinka déchire sa carte verte en signe de protestation, renonçant ainsi au privilège du droit à la résidence permanente aux États-Unis alors qu'il y enseignait dans plusieurs universités [ 12 ] , et se réinstalle alors au Nigéria [ 13 ] . Interrogé sur son geste au Salon du Livre de Paris , il dénonce l'instrumentalisation d'une « vague de xénophobie latente qui existe dans toutes les sociétés » et compare la politique anti-migratoire de Trump aux expulsions d'étrangers perpétrées par le gouvernement nigérian pendant la crise du pétrole de 1983 [ 14 ] , [ 15 ] .

En mars 2017, il est accueilli comme professeur au sein de la Faculté d'humanités de l' université de Johannesbourg [ 16 ] .

Son œuvre

Soyinka s'est essayé à toutes les formes d'écriture. Il rend compte de la complexité du continent africain dont il restitue, sur le plan littéraire, la grandeur ancestrale et « l'âme noire ». Son œuvre, polymorphe et occidentalisée, est essentiellement rédigée en anglais et s'inspire des mythes et du folklore yoruba dont il est issu. L'auteur a souvent recours à l' analepse et recherche dans sa prose un certain symbolisme [ 17 ] . Parfois fragmentaire et sensible à l'expérimentation, son style s'enrichit d'intrigues remarquablement construites et mêle légende, fantaisie et noirceur [ 17 ] . D'un pessimisme historique profond, ses textes tournent essentiellement autour du thème de la liberté bafouée et du concept de « viol des nations [ 18 ]  ».

Ses productions théâtrales combinent généralement la tradition du spectacle africain à l'art classique et moderne du théâtre occidental. Parmi ses pièces les plus connues, on compte notamment Le Lion et la perle ( 1959 ) qui dépeint la vie de villageois ordinaires sur un mode humoristique, La Danse de la forêt ( 1960 ), écrite en l'honneur de l'indépendance nigériane, la comédie Les Tribulations de frère Jéro ( 1960 ), La Route ( 1965 ) qui met en parallèle accidents de voiture et forces divines et la satire politique La Récolte de Kongi ( 1965 ). Suivent Un sang fort ( 1966 ) qui prend pour figure centrale le bouc émissaire, Fous et spécialistes ( 1970 ) qui évoque la guerre du Biafra , Bacchae ( 1973 ), transposition en Afrique des Bacchantes d' Euripide , La Métamorphose de Jero ( 1973 ) et La Mort et l'écuyer du roi ( 1975 ). Opera Wonyosi ( 1981 ) s'inspire de L'Opéra de quat'sous de Bertolt Brecht .

Soyinka est aussi l'auteur de nombreux recueils de poésie et de romans comme Les Interprètes ( 1965 ), satire féroce de la société nigériane pleine d'humour et d'ironie. Une Saison d'anomie ( 1973 ) revisite quant à lui le mythe d'Orphée dans le cadre des massacres commis au Biafra durant les années 1960 . On doit également à l'auteur un récit autobiographique : Aké ( 1982 ) et quelques études critiques telles que Mythes, littérature et le monde africain ( 1976 ) dans laquelle il expose ses théories artistiques et revient sur sa conception de la littérature africaine .

Récompenses

Prix Nobel de littérature

Wole Soyinka a été le premier auteur africain et la première personnalité noire à recevoir le prix Nobel de littérature , en 1986 . L' Académie suédoise salue ainsi un « écrivain qui met en scène, dans une vaste perspective culturelle enrichie de résonances poétiques, une représentation dramatique de l'existence [ 18 ] . » À propos de cette récompense, il déclare : « Il y a des gens qui pensent que le prix Nobel vous rend insensible aux balles, pour ma part, je ne l'ai jamais cru [ 1 ] . »

Autres récompenses

Œuvres

Théâtre

  • Keffi's Birthday Treat (1954)
  • The Invention (1957)
  • The Swamp Dwellers (1958)
    Publié en français sous le titre Les Gens du marais , suivi de Un sang fort et de Les Tribulations de frère Jéro , Paris, P.J. Oswald, 1971 ; réédition, Paris, Harmattan, 1986
  • The Lion and the Jewel (1959)
    Publié en français sous le titre Le Lion et la Perle , Yaoudé, Édition C.L.É., 1968
  • The Trials of Brother Jero (1959)
    Publié en français sous le titre Les Tribulations de frère Jéro , précédé de Les Gens du marais , et de Un sang fort , Paris, P.J. Oswald, 1971 ; réédition, Paris, Harmattan, 1986
  • A Dance of the Forests (1960)
    Publié en français sous le titre La Danse de la forêt , Paris, P.J. Oswald, 1971 ; réédition dans une nouvelle traduction sous le titre La Ronde de la forêt , Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991
  • My Father's Burden (1960)
  • The Strong Breed (1964)
    Publié en français sous le titre Un sang fort , précédé de Les Gens du marais , et suivi de Les Tribulations de frère Jéro , Paris, P.J. Oswald, 1971 ; réédition, Paris, Harmattan, 1986
  • Before the Blackout (1964)
  • Kongi's Harvest (1964)
    Publié en français sous le titre La Récolte de Kongi , Paris, Éditions Silex, 1988
  • The Road (1965)
    Publié en français sous le titre La Route , Paris, Hatier, 1988
  • Madmen and Specialists (1970)
    Publié en français sous le titre Fous et Spécialistes , Ivry, Éditions Nouvelles du Sud/Centre National des Lettres, 1993
  • The Bacchae of Euripides (1973)
    Publié en français sous le titre Les Bacchantes d'Euripide: Rite de communion, Paris, Éditions Silex, 1989
  • Camwood on the Leaves (1973)
    Publié en français sous le titre Du rouge sur les feuilles de cam , Ivry, Éditions Nouvelles du Sud/Centre National des Lettres, 1992
  • Jero's Metamorphosis (1973)
    Publié en français sous le titre La Metamorphose de frère Jéro , Paris, Éditions Présence africaine, 1984
  • Death and the King's Horseman (1975)
    Publié en français sous le titre La Mort et l'Écuyer du roi , Paris, Hatier, 1986
  • Opera Wonyosi (1977)
  • Requiem for a Futurologist (1983)
    Publié en français sous le titre Requiem pour un futurologue , Ivry, Éditions Nouvelles du Sud/Centre National des Lettres, 1993
  • Sixty Six (1984)
  • A Play of Giants (1984)
  • From Zia with Love (1992)
  • A Scourge of Hyacinths (1992), opéra
    Publié en français sous le titre La Barrière de jacinthes , Genève, Édition Zoé, 1999
  • The Beatification of Area Boy (1996)
  • Document of Identity (1999), pièce radiophonique
  • King Baabu (2001)
    Publié en français sous le titre Baabou roi , Arles, Actes-Sud Papiers, 2005

Romans

  • The Interpreters (1964)
    Publié en français sous le titre Les Interprètes , Paris, Éditions Présence africaine, 1979
  • Season of Anomy (1972)
    Publié en français sous le titre Une saison d'anomie , Paris, Belfond, 1987 ; réédition, Livre de poche n o  9582, 1993

Recueils de nouvelles

  • A Tale of Two (1958)
  • Egbe's Sworn Enemy (1960)
  • Madame Etienne's Establishment (1960)

Récits autobiographiques

  • The Man Died: Prison Notes (1971)
    Publié en français sous le titre Cet homme est mort , Paris, Belfond, 1986
  • Aké: The Years of Childhood (1981)
    Publié en français sous le titre Aké, les années d'enfance , Paris, Belfond, 1984 ; réédition, Livre de poche n o  9561, 1993
  • Ibadan: The Penkelemes Years: a memoir 1946-65 (1989)
    Publié en français sous le titre Ibadan, les années pagaille. Mémoires : 1946-1965 , Arles, Actes Sud, 1997
  • Isara: A Voyage around Essay (1990)
    Publié en français sous le titre Isara : périple autour de mon père , Paris, Belfond, 1993
  • You Must Set Forth at Dawn (2006)
    Publié en français sous le titre Il te faut partir à l'aube , Arles, Actes Sud, 2007

Recueils de poésie

  • Idanre and other poems (1967)
  • A Big Airplane Crashed Into The Earth (ou Poems from Prison ) (1969)
  • A Shuttle in the Crypt (1971)
  • Ogun Abibiman (1976)
    Publié en français sous le titre Cycles sombre , recueil français composé à partir de Idanre and other poems , A Shuttle in the Crypt et Ogun Abibiman , Paris, Silex, 1987
  • Myth, Literature and the African World (1976)
  • Mandela's Earth and Other Poems (1988)
    Publié en français sous le titre La Terre de Mandela , Paris, Belfond, 1989
  • Early Poems (1997)
  • Samarkand and Other Markets I Have Known (2002)

Essais

  • Towards a True Theater (1962)
  • Culture in Transition (1963)
  • Neo-Tarzanism: The Poetics of Pseudo-Transition
  • Art, Dialogue, and Outrage: Essays on Literature and Culture (1988)
  • From Drama and the African World View (1976)
  • The Credo of Being and Nothingness (1991)
  • The Burden of Memory – The Muse of Forgiveness (1999)

Opéra

  • 1994, 1999 (en entier), sur une musique de Tania León , Le Maléfice des jacinthes (A Scourge of Hyacinths) est le premier opéra dont le livret soit tiré d'une pièce de Wole Soyinka

Production théâtrale en France

Notes

  1. a b et c Le Monde des livres du 2 novembre 2007.
  2. Notice biographique portée sur l'édition La mort et l'écuyer du roi parue dans la collection « Monde Noir » en 2002.
  3. (en) Andrew Gumbel , «  Wole Soyinka on how he came to write Death and the King's Horseman  » , sur the Guardian , (consulté le 10 septembre 2018 )
  4. (en) «  Wole Soyinka, Writer | Townsend Center for the Humanities  » , sur townsendcenter.berkeley.edu (consulté le 10 septembre 2018 )
  5. «  Grioo.com : Alioune Diop fondateur de la maison d'édition Présence Africaine  », Grioo.com ,‎ ( lire en ligne , consulté le 10 septembre 2018 )
  6. «  Le Prix Nobel Wole Soyinka crée son parti au Nigeria  » , sur https://www.lemonde.fr/ , Le Monde , (consulté le 24 octobre 2010 ) .
  7. Nigeria : Les élections générales entre janvier et avril 2011 , sur afrique.kongotimes.info, consulté le 24 octobre 2010.
  8. (en) Margaret Busby, «  Africa39: how we chose the writers for Port Harcourt World Book Capital 2014  » , The Guardian ,‎ ( lire en ligne ) .
  9. (en) «  Wole Soyinka wins International Humanist Award  » , Humanists UK ,‎ ( lire en ligne , consulté le 10 septembre 2018 )
  10. (en-US) «  Wole Soyinka's International Humanist Award acceptance speech - full text | IHEU  » , IHEU ,‎ ( lire en ligne , consulté le 10 septembre 2018 )
  11. (en) «  Wole Soyinka opens up on health status, says "I have cancer" [PHOTO] - Daily Post Nigeria  » , Daily Post Nigeria ,‎ ( lire en ligne , consulté le 7 septembre 2018 )
  12. James Barma, «  Wole Soyinka sur Donald Trump : "Il surfe sur la xénophobie latente"  », Le Point Afrique ,‎ ( lire en ligne , consulté le 20 août 2018 ) .
  13. «  L'ECRIVAIN NIGERIAN SOYINKA A JETE SA CARTE VERTE  », SenePlus ,‎ ( lire en ligne , consulté le 20 août 2018 ) .
  14. «  Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, quitte l'Amérique de Donald Trump  », FIGARO ,‎ ( lire en ligne , consulté le 20 août 2018 ) .
  15. «  Pour Wole Soyinka, les États-Unis de Trump ressemblent au Nigeria de 1983 – JeuneAfrique.com  », JeuneAfrique.com ,‎ ( lire en ligne , consulté le 20 août 2018 ) .
  16. (en) «  News & Events - Nobel Laureate prize winner, Prof Wole Soyinka, joins UJ  » , sur www.uj.ac.za (consulté le 10 septembre 2018 )
  17. a et b Article Encarta sur Wole Soyinka .
  18. a et b Article de Denise Coussy sur Wole Soyinka in Le Nouveau Dictionnaire des auteurs, de tous les temps et de tous les pays , édition Laffont-Bompiani, Paris , 1994 , volume 2, page 3031.
  19. «  Wole Soyinka | Les Archives du Spectacle  » , sur Les Archives du Spectacle (consulté le 24 août 2018 )

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) James Gibbs, Ketu H. Katrak et Henry Louis Gates, Jr. (dir.), Wole Soyinka : a bibliography of primary and secondary sources , Greenwood Press, Westport (Conn.), Londres, 1986, 107 p. ( ISBN   0-313-23937-1 )
  • (en) Biodun Jeyifo (dir.), Perspectives on Wole Soyinka : freedom and complexity , University Press of Mississippi, Jackson (Miss.), 2001, XXII-242 p. ( ISBN   1-57806-335-3 )
  • (en) Biodun Jeyifo, Wole Soyinka : politics, poetics, and postcolonialism , Cambridge University Press, 2004, XXXIII-322 p. ( ISBN   0-521-39486-4 )
  • (en) Mpalive-Hangson Msiska, Postcolonial identity in Wole Soyinka , Rodopi, Amsterdam, New York, 2007, XXXVII-176 p. ( ISBN   978-90-420-2258-4 )
  • (en) K. Rajkumar, Wole Soyinka as a play-writer , Creative Books, New Delhi, 2007, 176 p.
  • Christiane Fioupou, La route : réalité et représentation dans l'œuvre de Wole Soyinka , Rodopi, Amsterdam, 1994, 390 p. ( ISBN   90-5183-731-3 )
  • Michèle Lurdos, Côté cour, côté savane, le théâtre de Wole Soyinka , Presses universitaires de Nancy, Nancy, 1990, 133 p. ( ISBN   2-86480-399-2 )
  • Jean-Jacques Ngor Sene, Mythe et rituel dans la production théâtrale de Wole Soyinka ou La matrice d'une conscience sociale toujours en éveil , Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1999, 454 p. (thèse de doctorat d'Études anglaises)
  • Alain Ricard, Wole Soyinka ou l'Ambition démocratique , Silex, Paris ; les Nouvelles éd. africaines, Lomé, 1988, 79 p. ( ISBN   2-7236-0953-7 )
  • Eliane Utudjian Saint-André, Le théâtre anglophone du Nigeria, du Ghana et de la Sierra Leone. Evolution des formes des origines à la fin du XX e siècle , Paris, éditions Karthala, 2007.

Filmographie

  • Wole Soyinka poète citoyen : Nigéria juillet et novembre 1989 , film de Bankolé Bello, produit en 1990 par 5 Continents, la Sept, FR3, BB film and Video, Ateliers de Diffusion Audiovisuelle et 5 Continents, 52 min (VHS)

Liens externes

Menu de navigation

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Wole Soyinka de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Citation du jour

Bien penser et bien dire sont rien sans bien faire..

Moba Mwanzele (Wombali)

Votre citation

Le clip du jour

Nigeria - Kizz Daniel - Madu

Voir le clip

Un portail par pays