Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Melon de Cavaillon au Beaumes-de-Venise
Image illustrative de l'article Melon de Cavaillon au Beaumes-de-Venise
Melon au vin muscat

Lieu d'origine Provence
Place dans le service entrée ou dessert
Température de service froide
Ingrédients melon , vin doux naturel
Accompagnement Muscat de Beaumes-de-Venise

Le melon de Cavaillon au Beaumes-de-Venise est le mariage gastronomique de deux produits phares du Comtat Venaissin . Ils sont apparus tous deux au XIV e  siècle , dans le sillage de la Cour des papes d'Avignon . En saison estivale, tant en entrée qu'en dessert , l'alliance entre les arômes du muscat de Beaumes-de-Venise et les saveurs sucrées du melon de Cavaillon , s'est imposée.

Historique

Les premières mentions de vin muscat sont celles notées sur les registres Introitus et exitus pour le couronnement de Clément VI . Le nouveau pontife fit venir pour ces festivités quinze tonneaux de vin muscat du Languedoc ( Lunel , Mauguio ) et de Provence ( Toulon ). En outre, il appréciait ceux de La Ciotat et des Quatre-Tours , près de Manosque [ 1 ] . Lui et ses successeurs se réservèrent les meilleurs muscadières du Comtat. D'où le constat : « Le cépage muscat existe à Beaumes-de-Venise depuis le XIV e  siècle. Ses vins étaient peu connus parce qu'il en existait peu en dehors des caves de la Cour pontificale [ 2 ] . »

Au cours de la papauté d'Avignon , l'une des plus célèbres muscadières intra-muros fut la Vinea Vespalis (vigne épiscopale) qui se situait sur le Plan-de-Lunel [ 3 ] , [ 4 ] . D'autres vignes à muscat existaient, à l'est, dans le quartier des « Grands Jardins », entre les deux enceintes des remparts médiévaux [ 5 ] et au sud dans le quartier de Champfleury où elles avaient été plantées par Jean Pellegrin, jardinier pontifical, sur ordre du cardinal Anglic de Grimoard . Même le terroir viticole de Châteauneuf-du-Pape reçut des muscadières [ 6 ] .

Melon de Cavaillon et Muscat de Beaumes-de-Venise

La culture du melon en France doit aussi tout aux pontifes avignonnais : « Au Moyen Age les papes quittèrent durant deux tiers de siècle (1309-1370) Rome pour Avignon et ils amenèrent avec eux ce fruit favori de leurs tables vaticanes. Et notamment ceux des jardins de Cantalupi, d'où est issue l'appellation cantaloup  » [ 7 ] .

Dans les vergers pontificaux à Avignon , Sorgues et Villeneuve-lès-Avignon étaient cultivées de nouvelles espèces végétales telles que le melon ou l' oranger [ 8 ] . Le melon trouva vite ses terres de prédilection à Cavaillon , alors possession pontificale. Ils étaient aussi cultivés autour d' Avignon et de Narbonne , puis à la Renaissance , ils furent implantés en Anjou et en Touraine [ 9 ] .

Tandis qu'une indigestion de melon avait emporté deux papes, Paul II en 1471 [ 10 ] et Clément VII en 1534 , Pierre de Ronsard ( 1524 - 1585 ) célébrait le pompon (du lat. pepone) [ 11 ]  : « C'est en été ce que j'aime/Quand sur le bord d'un ruisseau/Je les mange au bruit de l'eau » . Quant au poète libertin Marc-Antoine Girard de Saint-Amant ( 1594 - 1661 ), il estimait que « les baisers d'une maîtresse/Quand elle-même nous caresse/ne sont qu'amertume et que fange/Auprès de ce melon divin » [ 7 ] .

Honoré Bouche, dans sa Chorographie de la Provence , parue en 1654 , indique que ces vins d'Avignon et du Comtat Venaissin approvisionnaient toujours les caves du Vatican  : « Il y en a de blancs, de rouges, de paillets, de clairets, de muscat, de malvoisie, et tous extrêmement bons, forts et généreux. Et j'ai vu à Rome qu'on conservait quelques pièces de vin provençal comme le meilleur pour la table du Saint-Père » [ 12 ] .

Dans une de ses lettres, Anne-Marguerite Petit Dunoyer confirme que ces vins étaient toujours fort appréciés dans la cité des papes : « Jugez, Madame, si dans un pays que l'on pourrait appeler l'île de Cythère, où les ris et les jeux que la misère du temps a chassé de la France, se sont réfugiés où l'on fait bonne chère, où l'on boit des vins que l'on peut appeler des vins des dieux, puisque c'est le même qu'on envoie à Rome pour la bouche du Saint-Père, jugez, dis-je, si dans un pays si délicieux, je puis beaucoup m'ennuyer » [ 13 ] .

La célébrité du melon de Cavaillon date du XIX e  siècle et de la possibilité de le faire parvenir rapidement à Paris par chemin de fer. Alexandre Dumas les appréciait particulièrement. Il fit d'ailleurs don en 1864 à la bibliothèque de la ville de Cavaillon de la totalité de son œuvre publiée, en échange d'une rente viagère de douze melons par an. Le Conseil Municipal prit un arrêté en ce sens et la rente fut servie au romancier jusqu'à sa mort en 1870 [ 14 ] .

Préparation et présentation

Boules de melon au muscat

Il suffit que le melon soit coupé en deux et épépiné afin de remplir chaque cavité de muscat. Celui-ci doit imprégner, au frais et pendant une demi-journée la chair du melon [ 15 ] . Soit le melon est ensuite présenté tel quel, soit il est creusé en petites boules placées dans une coupe, soit il est découpé en fines tranches et disposé en rosace sur une assiette [ 16 ] .

Plus recherchée est la dernière préparation. Le muscat est placé au congélateur pour qu'il soit glacé. Il en fait de même avec un sirop au ciron et aux framboises. Cette préparation est ensuite répartie sur le melon coupée en fines lamelles, arrosé de Beaumes, avec en accompagnement le granité de muscat servi en coupe [ 17 ] .

Ce qui provoque l'enthousiasme de Mireille Guiliano  : For melon, Muscat is great, especially Muscat Beaumes-de-Venise [ 18 ] .

Notes et références

  1. Alain Laborieux, Muscats, des vins, des terroirs, une histoire , Ed. Espace Sud, Montpellier, 1997.
  2. Pierre Charnay, Le Grand Livre des Côtes-du-Rhône , p. 150.
  3. Chanoine Albanès, et Ulysse Chevalier, Gallia Christiana Novissima , T. I à VII, Montbéliard-Valence, 1899 – 1920.
  4. Joseph Girard, op. cit. , p.  247.
  5. Joseph Girard, op. cit. , p.  296 et 308.
  6. Jean-Pierre Saltarelli, op. cit. , p.  76.
  7. a et b Georges Chatain Le melon, un délice immigré
  8. Les vergers de la papauté d'Avignon : Avignon, Pont-de-Sorgues et Villeneuve (1316-1378), Thèse soutenue en 2004
  9. Le melon de Cavaillon, chronique de Frédéric Zégierman
  10. Officiellement on a parlé d'une indigestion de melon, mais une légende affirme que Paul II est mort lors d'un rapport sexuel avec un giton. Cf. Claudio Rendina, I Papi, Storia e Segreti , Newton Compton, Roma, 1983, p.  589 .
  11. Le melon sur le site québécois passeportsante.net
  12. Jean-Pierre Saltarelli, op. cit. , p.  78.
  13. Anne Bourret-Porée, Demeures secrètes du vieil Avignon , Éd. Équinoxe, Barbentane, 2000, p.  15.
  14. Le melon de Cavaillon
  15. Michel Receveur, op. cit. , p.  12-13 .
  16. Michel Receveur, op. cit. , p.  13 .
  17. Carpaccio de melon au Beaumes-de-Venise
  18. Marriage wine and food sur le site French women don't get fat

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l'article  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Michel Receveur, Provence des papes , coll. Traditions culinaires des régions , Éd. Saint-Honoré, Books & Cooks International, Paris, ( ISBN   2905245247 ) Document utilisé pour la rédaction de l'article
  • Joseph Girard , Évocation du Vieil Avignon , Les Éditions de Minuit, Paris, 2000, ( ISBN   270731353X ) Document utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Pierre Saltarelli, Les vins des papes d'Avignon , Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, T. 127, 2007. Document utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Melon de Cavaillon au Beaumes-de-Venise de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Un portail par pays