Ahmadou Kourouma , né le à Boundiali en Côte d'Ivoire et mort le à Lyon en France , est un écrivain ivoirien.

Biographie

Ahmadou Kourouma est d'origine malinké , une ethnie présente dans plusieurs pays d' Afrique de l'Ouest . Son nom signifie « guerrier [réf. nécessaire]  » en langue malinké . Élevé par un oncle, il suit une scolarité à Bamako au Mali .

De 1950 à 1954 , (pendant la colonisation française), il est envoyé comme tirailleur sénégalais en Indochine , à titre disciplinaire, avant de rejoindre la métropole pour suivre des études de mathématiques et d'actuariat ( Institut de science financière et d'assurances ) à Lyon en France . En 1960 , lors de l'indépendance de la Côte d'Ivoire , il revient vivre dans son pays natal mais est très vite inquiété par le régime du président Félix Houphouët-Boigny . Il connaît la prison avant de partir en exil dans différents pays, en Algérie ( 1964 - 1969 ), Cameroun ( 1974 - 1984 ) et Togo ( 1984 - 1994 ) avant de revenir vivre en Côte d'Ivoire .

En 1968 , son premier roman, Les Soleils des indépendances , porte un regard très critique sur les gouvernants de l' après-décolonisation . En 1972, il tente de faire représenter sur scène Tougnantigui ou le Diseur de vérité . En 1988, son deuxième roman, Monnè, outrages et défis , retrace un siècle d'histoire coloniale.

En 1998 , son troisième roman, En attendant le vote des bêtes sauvages , raconte l'histoire d'un chasseur de la « tribu des hommes nus » qui devient dictateur. À travers ce roman, qui obtient le Prix du Livre Inter , on reconnaît facilement le parcours du chef d'État togolais Gnassingbé Eyadema et diverses personnalités politiques africaines contemporaines.

En 2000, son quatrième roman, Allah n'est pas obligé , raconte l'histoire d'un enfant orphelin qui, parti rejoindre sa tante au Liberia, devient enfant soldat . Ce livre obtient le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des lycéens . La même année, il est récompensé par le grand prix Jean-Giono pour l'ensemble de son œuvre [ 1 ] .

Lorsqu'en septembre 2002, la guerre civile éclate en Côte d'Ivoire , il prend position contre l' ivoirité , « une absurdité qui nous a menés au désordre » et pour le retour de la paix dans son pays.

Au moment de sa mort, il travaillait à la rédaction d'un nouveau livre Quand on refuse, on dit non , une suite d' Allah n'est pas obligé  : le jeune héros, enfant soldat démobilisé, retourne en Côte d'Ivoire à Daloa , et vit le conflit ivoirien. Ce roman est publié à titre posthume en 2004.

Kourouma était marié et père de 4 enfants. Onze ans après sa mort, en novembre 2014, sa dépouille a été transférée de Lyon en Côte d'Ivoire [ 2 ] , [ 3 ] .

Œuvre

Théâtre

  • Tougnantigui ou le Diseur de vérité , pièce censurée après quelques représentations à Abidjan en 1972 , reprise en 1996 , puis éditée en 1998 chez Acoria .
  • Allah n'est pas obligé a été créé au Théâtre de Poche de Bruxelles en mai 2004 (adaptation de Christian Leblicq) avec Ansou Diedhiou, Enrico Lukaya Kabaka et Florin Siniha. Musicien : Adama Ouedraogo. Mise en scène de René Georges, assisté de Grazia Di Vincenzo.

Romans

Livres pour enfants

  • Yacouba, chasseur africain (1998, Gallimard Jeunesse , coll. Folio Junior, illustrations de Claude et Denise Millet)
  • Le Griot, homme de parole (2000, Édition Grandir)
  • Le Chasseur, héros africain (2000, Édition Grandir)
  • Le Forgeron, homme de savoir (2000, Édition Grandir)
  • Prince, Suzerain actif (2000, Édition Grandir)

Autres livres

Hommages

En hommage à son œuvre, une maison porte son nom à Lyon. Située dans le Jardin des Chartreux dans le 1 er  arrondissement , la Maison Ahmadou-Kourouma accueille des associations. L'inauguration a eu lieu le 20 novembre 2010.

Un prix littéraire décerné au Salon du livre de Genève depuis 2004 porte son nom. Le prix Ahmadou-Kourouma récompense chaque année un ouvrage consacré à l'Afrique noire.

Notes et références

  1. « Les grands auteurs africains de langue française », Afrique contemporaine, 1/2012 (n° 241), p. 116-117, en ligne , DOI : 10.3917/afco.241.0116
  2. http://www.culture.gouv.ci/?q=fr/actualites/en-continu/retour-effectif-de-la-depouille-de-kourouma-en-terre-ivoirienne
  3. «  Côte d'ivoire : Le corps d'Hamadou Kourouma rapatrié dans son pays natal  » , (consulté le 12 décembre 2016 )
  4. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [ lire en ligne ] , consulté le 14 avril 2016

Annexes

Bibliographie

  • Cécile Bishop, « Ahmadou Kourouma », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud [sous la dir. de], Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien , Éd. H. Champion, Paris, 2010, p.  245-248 ( ISBN   978-2-7453-2126-8 )
  • Charles Edgar Mombo, Réception en France des romans d'Ahmadou Kourouma, Sony Labou Tansi et de Calixthe Beyala , Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne , 2004, 336 p. (thèse de littérature francophone)
  • Xavier Garnier, « Le rire cosmique de Kourouma », Études françaises 42/3, 2007, p.  97-109
  • Gilbert Gardes, La case de l'oncle Ahmadou, inauguration à Lyon de la "Maison Ahmadou Kourouma", Bulletin municipal officiel de la Ville de Lyon , 21 février 2011, 2 pages, 9 illustrations.
  • Cahier spécial « Ahmadou Kourouma : l'héritage » in Notre Librairie n o  155-156, juillet-décembre 2004 [PDF] (268 ko)
  • Jean Ouédrago et Yves Dakouo , Allah n'est pas obligé d'Ahmadou Kourouma , Bienne-Gollion/Paris, ACEL-Infolio éditions, collection Le cippe, 2011.

Article connexe

Liens externes

Texte soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ahmadou Kourouma‎‎ de Wikipédia (Historique).

Commentaires

Citation du jour

Change de ciel tu changeras d'étoile..

FANDOHAN Carine (Saint Denis - France)

Votre citation

Le clip du jour

Nigeria - Mr. P - For My Head

Voir le clip

Un portail par pays